© Litprom
24 Janvier
25 Janvier 2020

Début : 16 h 00  |  End : 19 h 30

Litprom journées littéraires : Migration - Littératures sans domicile fixe

Literaturhaus Frankfurt, Schöne Aussicht 2, 60311 Frankfurt
24 Janvier
25 Janvier 2020

Début : 16 h 00  |  End : 19 h 30

Cosmopolites, fugitifs, émigrants, changeurs de langue - écrivent entre les pièces. Les journées littéraires annuelles de Litprom sont consacrées au thème de la migration en 2020. Deux invités, Pedro Kadivar et Youssouf Amine Elalamy écrivent en français.

"Les littératures du XXIème  siècle seront dans une large mesure des littératures sans lieu de résidence fixe", dit le résumé du livre du professeur Ottmar Ette "ZwischenWelten-Schreiben" (Kulturverlag Kadmos, 2005). Il y a toujours eu des mouvements migratoires mondiaux, et ils augmenteront considérablement au cours des prochaines années. Les femmes auteur.e.s sont également de plus en plus nombreuses à se déplacer : de façon permanente ou temporaire, volontairement ou de force.
Cette année, le Canada, pays d'immigration, se présentera comme invité d'honneur à la Foire du livre de Francfort - sous la devise "Singular Plurality - Singulier Pluriel". En prélude, nous avons trois auteurs canadiens.ennes qui nous parleront de leurs singularités.

Nous voulons explorer avec vous : Comment les changements de lieu et parfois de langue associés affectent-ils l'œuvre littéraire des auteur.e.s ? Quel est leur impact sur les thèmes des œuvres ? Que signifient des termes tels que "patrie" et "origine", qui sont également utilisés à mauvais escient dans le cadre de la diffusion du nationalisme ? Est-il vraiment si facile d'être cosmopolite* ou même la seule forme d'existence qui vaille la peine d'être recherchée ? Le concept de littérature nationale est-il toujours pertinent ou faut-il parler de littérature mondiale ?

Tous les événements seront traduits.

Le programme complet se trouve ici :

Vendredi 24.01.2020

Podium d'ouverture et lecture

16h
Lesesaal
Ouverture et salutations
Juergen Boos, directeur de la Foire du livre de Francfort

Petra Drexler, Referatsleiterin im Auswärtigen Amt
Dr. Ina Hartwig, Kulturamt Stadt Frankfurt
Stéphane Dion, Kanadische Botschaft Berlin
Anita Djafari, Litprom  

16h15 — 18h
Lesesaal
Podium d'ouverture : Ici et là et entre les deux - Littératures sans domicile fixe
De nombreux écrivain.e.s ne sont plus clairement assignables à un lieu ou à une région. Leur relocalisation volontaire ou forcée se reflète également dans leurs œuvres et leurs thèmes. Est-ce que ce genre d'écriture est votre programme personnel, façonné par votre propre biographie, ou pouvez-vous déjà y voir une sorte de tendance, parce que de plus en plus d'écrivains errent entre les mondes ?

Avec : Lesley Nneka Arimah GB/NIGERIA/USA
Eduardo Halfon GUATEMALA/USA
Carmen Aguirre KANADA/CHILE
Modération: Claudia Kramatschek

19h30 — 21h
Lesesaal 
Lecture et échange avec Tomer Gardi : "Broken German".
Il suffit de changer la langue : C'est ce que fait cet auteur dans ses romans "Broken German" et "Otherwise you get your money back" (de l'hébreu d'Anne Birkenhauer). Né et élevé en Israël, Tomer Gardi vit aujourd'hui à Berlin et n'apprend pas seulement la langue de son nouveau pays, mais écrit aussi en allemand et en fait ce qu'il veut. Nous entendrons ce qu'il a à dire et à quoi il pensait ce soir.

Modération: Ulrich Noller

Samedi, 25.01.2020

Discussions en atelier et podium de clôture

Nous vous recommandons d'arriver 30 minutes avant le début de l'atelier, car les places sont limitées et nous ne pouvons garantir aucune place.

11h — 12h30
Atelier de discussion 1 : Théâtre et politique - La scène comme lieu idéal pour arriver ?
Carmen Aguirre et Pedro Kadivar ont tous deux quitté leur pays pour des raisons politiques et ont commencé à écrire des pièces dans leur nouvelle patrie.  Aguirre est actrice et a écrit ses premières pièces parce qu'en tant que Latina au Canada, elle n'a trouvé aucun rôle au-delà des stéréotypes. Kadivar écrit et met en scène ses propres pièces. La scène est-elle un endroit idéal pour aller ailleurs (et traiter les expériences de migration) ?

Avec : Carmen Aguirre KANADA/CHILE
Pedro Kadivar IRAN/FRANKREICH/D
Modération: Ruthard Stäblein

11h — 12h30
Atelier 2 : Débutantes réussies - et maintenant ?
Les deux auteures ont publié des premiers romans de renommée internationale - l'un est un roman, l'autre un recueil de nouvelles. A quel point ce grand succès les a-t-il étonnés, et que va-t-il se passer maintenant ? Se sont-elles repositionnées dans leur écriture ? Quelles expériences ont-elles vécues avec les pays d'immigration classiques que sont les États-Unis et le Canada, et ont-elles une quelconque importance pour leur travail ?

Avec : Lesley Nneka Arimah GB/NIGERIA/USA
Sharon Bala DUBAI/KANADA
Modération : Claudia Kramatschek

13h — 14h30
Atelier 3 : Vous ne choisissez pas votre langue maternelle, n'est-ce pas ?
Deux auteurs venus de régions très différentes du monde racontent ce que c'est que de retourner au pays de la naissance et de l'enfance après une évasion et de s'y sentir étrange. Dans "Le Petit Livre des Migrations", le Kadivar iranien décrit comment il voulait absolument quitter sa langue maternelle en France. Halfon a perdu la sienne en grandissant et en étudiant aux États-Unis ; de retour au Guatemala, il a repris ses études et écrit maintenant en espagnol.

Avec : Pedro Kadivar IRAN/FRANKREICH/D
Eduardo Halfon GUATEMALA/USA
Modération : Gerrit Wustmann

13h — 14h30
Atelier 4 : La littérature nationale par rapport à la littérature mondiale
Ils sont tous deux à l'aise dans au moins deux cultures depuis longtemps et s'en occupent avec confiance dans leur travail. Yoko Tawada écrit en allemand et en japonais. Rawi Hage vit au Canada et écrit, entre autres, sur la guerre civile libanaise. Ne faut-il pas parler uniquement de littérature mondiale de nos jours, et le concept de littérature nationale joue-t-il encore un rôle ?

Avec : Yoko Tawada JAPAN/D
Rawi Hage LIBANON/KANADA
Modération : Katharina Borchardt

15h — 16h
Atelier de discussion 5 : À propos de la mer - Évasion et société
La fuite et le traitement des fugitifs jouent un rôle majeur pour les deux auteur.e.s dans leurs livres "The Boat People" et "Gestrandet". Pour des raisons purement géographiques, ils adoptent une perspective très différente. Le thème est une préoccupation commune. Un chœur polyphonique peut être entendu et lu.

Avec : Sharon Bala DUBAI/KANADA
Youssouf Amine Elalamy MAROKKO
Modération : Ruthard Stäblein

15h — 16h30
Atelier 6 : Changement de langue et moteur de recherche de langue
Réinventer la langue allemande ou écrire consciemment "mal" : Tomer Gardi ose le faire avec "Broken Gerrman", mais il écrit aussi en hébreu. Yoko Tawada écrit en allemand et en japonais depuis de nombreuses années. Comment cela fonctionne-t-il ? Pouvons-nous se sentir vraiment à l'aise avec les deux langues ? Quelque chose ne se perd-il pas ou est-ce toujours un enrichissement ? 

Avec: Yoko Tawada JAPAN/D
Tomer Gardi ISRAEL/D
Modération : Ulrich Noller

18h — 19h30
Lesesaal 

Podium final : Dépasser les frontières - avec l'aide de la littérature

De nombreuses biographies ne peuvent plus être clairement localisées, pas dans un seul pays, souvent même pas sur un seul continent. Les biographies de nombreux écrivains ne le sont certainement pas. Ainsi, de plus en plus de "littératures sans domicile fixe" voient le jour. Alors que les livres et les auteur.e.s semblent franchir les frontières sans effort, beaucoup de personnes deviennent de plus en plus strictes dans leur esprit et le nationalisme se répand. Est-il possible d'écrire contre ? Devrions-nous le faire ?

Avec : Youssouf Amine Elalamy MAROKKO
Rawi Hage KANADA/LIBANON 
Nacha Vollenweider ARGENTINIEN
Modération : Fridtjof Küchemann

ARTE - Projection ncinématographique

et conversation avec la réalisatrice Katja Deiß

16h30 — 17h45
Lesekabinett

Can Dündar - Adieu à la Turquie
Documentaire de Can Dündar et Katja Deiß
ARTE/HR, Allemagne 2017, 52 min.

Can Dündar, rédacteur en chef du journal Cumhuriyet, a été reconnu coupable d'avoir publié des secrets d'Etat en Turquie en mai 2016 et condamné à dix mois de prison. Dündar est devenu un symbole de la lutte pour la liberté de la presse et la démocratie en Turquie. Avec la journaliste allemande Katja Deiß, il a réalisé un film sur ce que signifie vivre seul dans un pays étranger, loin de chez soi, séparé de sa famille. Les deux hommes rencontrent d'autres exilés, mais aussi des femmes turques, qui soutiennent la politique d'Erdogan et voient un traître à leur pays dans des personnes comme Can Dündar.

Entrée gratuite pour la projection du film !

Organisateur : Litprom e.V

Avec : Lesley Nneka Arimah GB/NIGERIA/USA, Eduardo Halfon GUATEMALA/USA, Carmen Aguirre KANADA/CHILE, Claudia Kramatschek, Tomer Gardi ISRAEL/D, Ulrich Noller, Pedro Kadivar IRAN/FRANKREICH/D, Ruthard Stäblein, Lesley Nneka Arimah GB/NIGERIA/USA, Sharon Bala DUBAI/KANADA, Gerrit Wustmann, Yoko Tawada JAPAN/D, Rawi Hage LIBANON/KANADA, Katharina Borchardt, Youssouf Amine Elalamy MAROKKO, Yoko Tawada JAPAN/D, Rawi Hage KANADA/LIBANON, Nacha Vollenweider ARGENTINIEN, Fridtjof Küchemann.

En coopération avec : Literatur Haus Frankfurt, ARTE, hr2 Kultur.

L'institut frnçais d'Allemagne soutient cet événement.

Prix

Billet à l'unité : 8 € | réduit 6 €
Billet combiné : 28 € | réduit 19 €
Réservation à l'avance (seulement pour les billets combinés) sur www.literaturhaus-frankfurt.de
Les billets à l'unité ne sont disponibles qu'à la billetterie.

ARTE - Projection cinématographique : Gratuit

Vous aimerez aussi

Mardi 17 mar 2020 - 20:00